Itinéraire d'Alphonse Bachetti - Elargir notre regard

Sommaire


Elargir notre regard
Le temps passant, nous oublions peu à peu la place tenue par les volontaires étrangers et les troupes coloniales à nos côtés au cours des deux guerres mondiales. A Rougemont, la nécropole militaire qui recueille les corps des victimes des durs combats de la Libération compte 1 259 tombes, la moitié sont celles des musulmans. A Besançon, même - peu de nos concitoyens le savent - au carré militaire de Saint-Claude reposent aux côtés de l 260 Français, 13 Anglais, 1 Belge, 1 Roumain, 8 Russes, et... 3 inconnus. 8 otages et 34 victimes civiles côtoient les soldats.
Rien n’est simple dans la vie de l’humanité. D’un côté l’inquiétude que soulève la montée des haines nationalistes avec leurs relents de purification ethnique au coeur de l’Europe, de l’autre les fragiles espoirs de paix au Moyen-Orient.
Puisse l’évocation de la vie d’un humble bûcheron nous aider à élargir notre regard et à surmonter nos passions mesquines.

Partager cette page :
  • Elisabeth Cerutti, libraire : Italie 1931

    Du côté des Sandales d'Empédocle
    Pour qui veut les entendre, les noms bruissent, suggèrent par leur musicalité, un ailleurs.

  • Entre France et Italie

    Quand je suis en Italie, j’ai l’impression de trahir la France et quand je quitte l’Italie j’ai un pincement au coeur.

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?

  • Je ne pensais pas que je partirais pour toujours

    Je suis née à Supersano à 40 km de Lecce dans les Pouilles au sud de l’Italie. Supersano est un village de 5 000 habitants où entre 11 et 15 ans j’ai surtout appris à broder, mais de temps en temps j’allais aussi ramasser des olives.

  • Italiens: La Seconde Guerre Mondiale, une situation ambiguë

    Très peu sensibles à la propagande du régime, peu de migrants s’en vont combattre aux côtés des fascistes. Par contre, nombreux sont ceux qui s’engagent pour la France.

  • Battez-vous, que ce soit pour la santé ou pour la vie

    Je suis née à Montagnana dans la région de Padoue en Italie en 1938. J’ai quitté Montagnana en 54. De 1954 à 1957 j’ai vécu avec mes parents à La Chaux de Fonds en Suisse. Mon papa avait quitté l’Italie en avril 1953 parce qu’il n’avait pas de travail.

  • Terre d'exil, Italie 1850

    Cher Francesco Carenzo, mon arrière grand père de Ligurie
    Depuis quelque temps,  je souhaite m’adresser à toi pour en savoir plus sur l’exilé que tu as été et surtout te remercier.